• Cette saga, qui s'amorce dans les années vingt, a pour cadre une famille québécoise dont la mère, hypocondriaque, sombre inéluctablement dans les abîmes de l'alcoolisme et de la dépression aux côtés d'un mari qui se refuse à la vérité.

    Au début de ce premier tome, Charlotte a quatre ans. Aînée de famille avec une mère presque toujours malade, elle doit, pour sa petite soeur Émilie, être l'exemple à suivre. Charlotte, si responsable, autonome, compréhensive! Elle grandit en se détachant de plus en plus d'une famille où maladie réelle et imaginaire occupent toute la place. Petite fille vive et intelligente, elle prend vite conscience de l'étrangeté du comportement de sa mère qui, malheureusement par amour, en vient à être un réel danger pour ses proches. En perpétuelle quête d'amour et d'affection, Charlotte portera un regard passionné, colérique, désabusé sur cette famille et cette mère qui l'étouffent.

    Charlotte réussira-t-elle à s'extirper de ce climat malsain? Qu'adviendra-t-il de sa petite soeur Anne, cette enfant qui est presque sa fille? Son père saura-t-il la protéger comme il n'a su le faire pour elle et Émilie?

    Charlotte, le quinzième ouvrage de Louise Tremblay-D'Essiambre, est un roman bouleversant, criant de vérité, qui expose une réalité trop souvent tue, niée et incomprise. Une réalité pourtant plus répandue que l'on voudrait le croire...

  • Voici le deuxième tome tant attendu de la trilogie Les soeurs Deblois écrite par Louise Tremblay-d'Essiambre.

    Déjà quatorze années se sont écoulées depuis l'époque où Charlotte découvrait, petite fille, que les membres de sa famille et elle étaient confrontés à des situations pour le moins délicates et inhabituelles aux côtés de Blanche, sa mère.

    Charlotte a vieilli, elle a connu l'amour, puis la déception de voir partir celui qu'elle aimait. Elle s'est aussi découvert une force nouvelle, de même qu'une vie en elle qui la pousse à aller de l'avant et à quitter le pays pour se rendre dans une Europe en guerre. Parviendra-t-elle à améliorer son sort en quittant sa famille et Montréal? Retrouvera-t-elle Gabriel, ce peintre qui hante toujours ses pensées depuis qu'il est parti parfaire sa formation à Paris?

    Pour ceux qui restent, dont Anne, la petite soeur de cinq ans, Raymond, le père de la famille Deblois, et la fragile mais clairvoyante Émilie, la vie se poursuit, selon les hauts et les bas bien souvent dictés par l'état et les attitudes de Blanche. Émilie réussira-t-elle à avoir une vie normale malgré tous les maux qui l'accablent? Raymond, de son côté, saura-t-il renoncer à jamais à la passion au nom du bonheur de ses filles?

    Dans un tel contexte familial, la peinture, l'écriture, l'art et la musique se tailleront une place privilégiée jusqu'au coeur des êtres éprouvés. Ceux-ci arriveront-ils à vivre une vie plus riche que celle qui leur semblait destinée?

  • Le troisième tome de la populaire série Les soeurs Deblois, de Louise Tremblay-D'Essiambre.

    La benjamine des soeurs Deblois est au centre de ce roman, tel un point de convergence vers lequel se dirigent les plus nobles aspirations des membres de la famille. C'est qu'elle est attachante, vive et audacieuse, cette chère Anne, et ce, malgré l'indifférence et les remarques insidieuses dont sa mère Blanche l'afflige le plus souvent. Sans savoir comment s'y prendre, chacun souhaiterait pourtant que la jeune fille de onze ans soit épargnée des malheurs qui s'acharnent sur les Deblois. Combien de temps encore la musique retiendra-t-elle les pièces de son âme écorchée?

    Comment Raymond, qui croyait contribuer au bonheur de ses filles en maintenant une certaine stabilité familiale menacée, réussira-t-il à redonner espoir d'une vie meilleure à sa fille et à lui-même? Croit-il seulement que cela soit possible?

    Quant à Charlotte, que la vie de mère occupe tout autant que son emploi d'infirmière, on serait en droit de se demander si elle verra enfin les indices la rapprochant peu à peu de Gabriel résulter en une rencontre toujours espérée. Sa foi en la vie et en l'écriture suffiront-elles à lui faire oublier les nombreuses épreuves qui se sont enchaînées sur son parcours?

    Le bonheur sera-t-il enfin accessible à la paisible et conciliante Émilie, dont la longue attente d'un premier enfant venait à peine de prendre fin lorsque sa mère a dû être hospitalisée? Enfin, cet accident de Blanche suffira-t-il à la convaincre de la gravité de l'alcoolisme et de l'hypocondrie qui l'accablent et minent sa vie autant que celle des siens?

  • Une formidable saga familiale racontant l'histoire du clan Lacaille, mettant en vedette plusieurs personnages bien-aimés des Soeurs Deblois et des Années du silence.
    Un bouquet de best-sellers hors-normes à savourer ou à redécouvrir!

    Contient :
    Mémoires d'un quartier, tome 1: Laura
    Mémoires d'un quartier, tome 2: Antoine
    Mémoires d'un quartier, tome 3: Évangéline

    Montréal, 1954. Les ruelles fourmillent d'enfants qui s'amusent. À dix ans, Laura et son amie Francine ont des idées bien arrêtées sur la vie. Au menu de leur conversation du jour: cet oncle Adrien qui débarque du bout du monde au volant d'une magnifique décapotable bleu ciel. Comme il est intrigant!
    De son côté, le petit Antoine possède déjà un immense talent en dessin. Sa passion se révèle aussi source d´angoisse depuis le début des cours du samedi. C'est que son professeur de dessin recourt à une méthode pédagogique bien particulière... Antoine n'est plus du tout certain de vouloir perfectionner son art de cette façon. Que faire?
    Quant à Évangéline, grand-maman de Laura et d'Antoine, elle a la réputation d'être une femme intransigeante. Veuve, elle a appris à serrer les dents pour traverser la vie. C'est en jouant du piano que sa voisine Anne réussit à apprivoiser la vieille dame et à atteindre son coeur de grand-mère.
    Un bel adon: Antoine a justement besoin d'elle...

  • Marcel vient de vivre la pire année de sa vie. Il doit pourtant se tirer d'affaire : c'est le bien-être de toute sa famille qui en dépend. Son épouse Bernadette, elle, n'a pas envie de voir partir Adrien même si elle prétend le contraire... De plus, Antoine s'est mis en tête d'aller passer l'été à New York pour tenter d'intéresser quelques galeries à ses toiles et Laura n'a pas annoncé à son père qu'elle retourne à l'université. Orages à l'horizon!

    Alors que l'époque peace and love bat son plein et que Montréal s'apprête à accueillir le monde entier à l'occasion d'Expo 67, Laura Lacaille vit une période de profondes remises en question. Entre ses études en psychologie et son travail à l'épicerie, son coeur balance. Aussi, elle est partagée entre le gentil Bébert et le fascinant jeune homme apparu récemment dans son entourage. Laura saura-t-elle faire les bons choix?

    La carrière de peintre d'Antoine est bien amorcée, malgré qu'il doute de son talent et de ses oeuvres récentes. Sans parler du malaise qu'il éprouve chaque fois qu'il croise madame Anne, la gentille voisine musicienne! Pour fuir ses tourments intérieurs, il part en Europe avec Laura, tandis que Francine se retrouve à la croisée des chemins, qu'Évangéline s'inquiète pour la petite Michelle et que Marcel se préoccupe encore et toujours de son épicerie...

  • Une formidable saga familiale racontant l'histoire du clan Lacaille, mettant en vedette plusieurs personnages bien-aimés des Soeurs Deblois et des Années du silence.

    Un bouquet de best-sellers hors-normes à savourer ou à redécouvrir!



    Contient :

    Mémoires d'un quartier, tome 10: Évangéline, la suite

    Mémoires d'un quartier, tome 11: Bernadette, la suite

    Mémoires d'un quartier, tome 12: Adrien, la suite

    À l'approche des années 1970, les bancs d'église se vident et les Américains marchent sur la Lune. Chez les Lacaille, Évangéline vit de grands chambardements... Tout ça grâce à Antoine et à Laura! Ne sachant plus à quel saint se vouer, la vieille dame un peu bourrue irrite les siens avec ses principes bien arrêtés. Un certain monsieur Blanchet, galant et poli, saura-t-il adoucir son coeur?

    Comme pour faire écho aux troubles qui agitent le Québec de 1970, Bernadette est tourmentée. Si l'initiative de Laura de transformer l'épicerie semble prometteuse, elle s'inquiète du comportement de Charles, qui s'éclipse dès qu'il en a l'occasion; de Laura, qui lui rend visite de moins en moins souvent; d'Antoine qui est parti depuis quelques mois à l'autre bout des États-Unis. Sans oublier la santé de Marcel...

    Avec sa façon bien à elle de nous faire vivre une riche gamme d'émotions, l'auteure poursuit la trajectoire d'une galerie personnages colorés qu'on a tant aimés. La saga se conclut de main de maître en 1973 avec des mariages, des naissances, des déménagements, des départs, des peines, mais aussi des projets et des joies immenses, dans la plus pure tradition des séries concoctées par l'auteure.

  • Personnages plus grands que nature, les Lacaille et ceux qu'ils aiment (ou pas!) sont en plein coeur de leur propre révolution tranquille, au début des années 1960. À l'aube de ses trente-six ans, Bernadette Lacaille réalise que, toute seule, elle ne vaut pas grand-chose. Si elle travaillait, si elle avait de l'argent, elle serait tellement plus autonome et utile à ses enfants! Mais comment y arriver sans que Marcel ne se fâche?
    Adrien connaît enfin les joies de la paternité. Un drame vient toutefois assombrir l'heureux événement; aussi le papa quitte-t-il le Texas avec le nouveau-né pour débuter une nouvelle vie aux côtés des siens, à Montréal. Évangéline et Bernadette attendent avec joie cette petite Michelle dont elles ne connaissent que le nom. Mais leur entourage subit aussi son lot de bouleversements...
    Après la naissance de son fils, Francine doit prendre des décisions déchirantes, même si Cécile et sa tante Gisèle veillent au grain et lui offrent une aide précieuse. Pour Antoine, le destin rend possibles des projets inespérés grâce au soutien d'Émilie et d'Anne Deblois. À d'autres, par contre, comme Laura, Bébert et Marcel, la vie joue de vilains tours...

  • La reine de la saga d'époque québécoise, Louise Tremblay d'Essiambre, délaisse temporairement les petits villages de la province et se réinstalle à Montréal, presque dix ans après le dernier tome des Mémoires d'un quartier ! Avec cette nouvelle série mettant en vedette une famille des années 1960, l'auteure aux séries inoubliables offre à ses lecteurs un nouvel univers passionnant !

  • Deuxième tome de la saga, Antoine poursuit l'histoire de la famille Lacaille et de son entourage. Personnages ordinaires aux aventures extraordinaires, ils sont attachants et naturellement intrigants. Surtout Antoine, le petit garçon coincé avec des difficultés beaucoup trop grandes pour lui. Antoine dessine. C'est sa passion. Mais, paradoxalement, c'est aussi une source d'angoisse épouvantable depuis le début des cours du samedi. Son professeur, monsieur Romain, a une technique bien particulière pour apprendre le dessin aux petits garçons. Et Antoine n'est plus certain d'aimer apprendre à dessiner de cette façon... Bernadette a retrouvé sa routine quotidienne. Après le départ précipité d'Adrien et la naissance du petit Charles, une belle complicité s'est installée entre elle et sa belle-mère. Cette connivence pallie à l'humeur de plus en plus exécrable de Marcel, son mari. Évangéline, de son côté, jubile: son fils Adrien viendra passer l'été chez elle, avec son épouse. En les attendant, son attention est tournée vers les nouveaux voisins, une jeune musicienne et son époux, une certaine Anne Deblois... Laura, quant à elle, est songeuse. Cécile Veilleux, une docteur de Québec, lui a fait une proposition très excitante. Si ses parents acceptent, cette aventure lui ouvrira les portes d'un monde qu'elle ne connaît pas du tout. Mais Laura apprendra que si certaines portes s'ouvrent, d'autres, inévitablement se referment...

  • Dans les années 1960, autour de la Place des Érables, des commerces comme la pharmacie de Valentin Lamoureux et la quincaillerie Picard sont emblématiques d'une vie de quartier typiquement montréalaise. Le casse-croûte de madame Rita est le théâtre du deuxième tome de cette délicieuse série.

    Madame Rita, devenue propriétaire du casse-croûte après le décès prématuré de son mari, a rêvé d'une famille nombreuse. Aujourd'hui, elle n'a même plus le loisir d'y songer tant son commerce lui demande temps et énergie; d'autant plus que son nouveau cuisinier, Gepetto Romano, maestro de la pizza, lui donne du fil à retordre. Sa clientèle, habituée au pâté chinois, au ragoût de pattes de cochon et aux autres plats bien de chez nous, demeurera-t-elle fidèle au restaurant malgré le nouveau menu qu'on y propose?

    En cet été 1964, les enfants, devenus des adolescents, sont fans des Beatles et s'éveillent aux premiers émois amoureux. Malgré cela, Joseph-Arthur a l'impression de tourner en rond, tout comme son ami Daniel, qui vit des bouleversements familiaux intenses. Pendant ce temps, à la quincaillerie Picard souffle un vent de changement; les idées novatrices de Joseph-Alfred visant à assurer l'avenir de l'entreprise permettent à Léonie de s'épanouir de bien belle manière.

    Entre le doux parfum des tartes, des tourtières et de la lasagne, une belle solidarité soude les habitants de la Place des Érables, malgré les défis qui se présentent et les années qui passent.

    Des personnages colorés et attachants, de petits drames et de grandes joies, la touche inimitable d'une auteure qu'on adore... tous les ingrédients sont là pour un autre petit bonheur de lecture!

  • Cette guerre, qui ne devait durer que quelques mois, se termine enfin, ramenant au pays un Léopold transformé à jamais. La maladie de Lysbeth, comme celle du petit Germain, laisse des cicatrices douloureuses, mais révèle aussi le meilleur de chacun. Tandis que la vie de Gilberte prend une tournure inattendue, Paul, Célestin, Béatrice, Lionel et leurs familles élargies connaissent autant de moments tendres que d'épisodes déchirants.
    Au fil des saisons, à une époque où la modernité impose des changements à la fois exaltants et inquiétants, la destinée de ces personnages attachants se déploie, pour le meilleur et pour le pire. D'une berge à l'autre du fleuve, la vie suit son cours... inexorablement.

    Dans ce troisième tome, ces familles, qui nous ont tant touchés, retroussent leurs manches et affrontent les intempéries et les épreuves au même rythme qu'elles accueillent les bonheurs, petits et grands. Un autre récit inoubliable!

  • Après la naissance de son fils, Francine est complètement bouleversée, même si Cécile et sa tante Gisèle l'ont gardée sous leur aile et lui offrent une aide précieuse. Elle n'est plus certaine de vouloir abandonner l'enfant à qui elle vient de donner la vie.

    La jeune femme n'est pas la seule à avoir des décisions déchirantes à prendre. Rassuré sur les capacités mentales de sa fille, Adrien doit maintenant choisir quelle vie il souhaite offrir à sa petite Michelle: retourner au Texas pour donner une deuxième chance à la mère de l'enfant ou rester à Montréal, là où ils ont été accueillis avec chaleur et simplicité. Pendant ce temps, le destin rend possible les souhaits inespérés d'Antoine. Grâce à la peinture, de nouveaux horizons s'offrent à lui. Sous le regard approbateur d'Émilie et Anne Deblois, il aura enfin l'occasion de faire éclore son talent artistique. Pour peu qu'il réussisse à faire disparaître l'ombre grandissante qui envahit le quotidien de son frère Charles.

    À d'autres, par contre, la vie joue quelques tours. Laura et Bébert Gariépy, liés par un même projet, se découvriront des points en commun, bien au-delà de leur affection partagée pour Francine. Et voilà que Marcel est contraint soudainement de revoir ses plans d'avenir.

    Reprendra-t-il ainsi une place enviable dans le coeur de Bernadette?

    Voici le sixième tome des Mémoires d'un quartier, consacré à Francine, où tous les habitants du quartier, les Lacaille, Gariépy, Deblois et Veilleux se retrouvent à des moments déterminants dans leur histoire personnelle alors que la société québécoise se construit peu à peu autour d'eux.

  • Jeanne est partie, laissant ses proches seuls avec leur peine. Pourtant, elle les aimait plus que tout... Ses enfants savent bien que, quelque part, elle vit encore au fond de chacun d'eux même si elle n'est plus là pour faire le pont entre eux et leur père, Thomas, qui se remet aussi difficilement de ce deuil brutal.
    Maladroitement, péniblement, chacun tente de vivre sa vie, de rebâtir ses rêves, de regarder vers l'avenir mais les tensions s'installent, les malaises s'approfondissent, l'amertume et la douleur refont surface. Pour Mélanie, Sébastien et Olivier, les enfants de Jeanne, ainsi que pour Thomas leur père, la vie doit prendre un nouveau sens et ils doivent réapprendre à s'unir, comme Jeanne savait si bien le faire. La lecture du journal de la défunte pourra-t-elle mettre un baume sur les blessures et provoquer quelques rapprochements? Jeanne saura-t-elle à nouveau, d'une façon toute spéciale, rétablir les liens entre ceux qui ont tant compté pour elle?

    Les enfants de Jeanne, le troisième et dernier tome tant attendu de cette série poignante, est un hommage à tous ceux qui restent après le décès d'un être aimé.

  • Après les secrets et les tourments de Laura et d'Antoine, c'est Évangéline, leur grand-maman, qui prend place au centre de cette suite attendue de la vie d'une famille attachante. Évangéline Lacaille a la réputation d'être une femme plutôt distante, froide et intransigeante. À la mort de son mari, il y a plusieurs années, elle a appris à serrer les dents pour traverser la vie, veuve avec deux jeunes enfants. Puis les garçons ont grandi et avec le temps, Évangéline s'est forgé une carapace solide, son caractère devenant exécrable. C'est sa voisine, Anne Deblois, avec son piano et sa musique, qui réussit sans le savoir à percer la cuirasse d'Évangéline jusqu'à atteindre son coeur de grand-mère: Antoine semble si malheureux. Par cette brèche ouverte par la jeune pianiste, Évangéline découvre des sentiments et des secrets depuis longtemps refoulés en elle. Entre les ruminations intérieures de Bernadette qui s'inquiète pour ses enfants, les préoccupations d'Anne Deblois pour le petit Antoine et Cécile Veilleux qui cherche désespérément à revoir Laura, le tempérament bouillant de la vieille dame se transforme en détermination farouche à protéger et rendre heureux les siens.

  • À l'aube de ses trente-six ans, Bernadette Lacaille réalise soudainement que toute seule, elle ne vaut pas grand-chose. Elle habite la maison de sa belle-mère, Évangéline, elle cuisine dans ses casseroles, se sert de ses torchons pour faire le ménage. Elle ne possède rien. Cette prise de conscience, cette sensation de fragilité et de médiocrité lui laisse tout

    à coup un goût amer dans la bouche.

    Si elle travaillait, si Bernadette avait de l'argent, elle pourrait intervenir dans les projets de ses enfants; Laura et ses études universitaires, Antoine et sa mystérieuse activité du mardi et jeudi. Avec l'entrée à l'école de Charles, le petit dernier, elle a de plus en plus de temps libre et la vie serait tellement plus simple, plus belle si elle avait un peu d'argent à elle. Mais comment y arriver sans que Marcel ne s'offusque?

    Quatrième épisode des Mémoires d'un quartier, Bernadette explore les prémices de la libération et l'émancipation des femmes. Personnages plus grands que nature, les Lacaille et ceux qu'ils aiment sont maintenant en plein coeur d'une petite révolution tranquille, comme

    le Québec du début des années 1960...

  • Voici le neuvième tome de la série Mémoires d'un quartier: Antoine, la suite. Les Lacaille ressemblent à de nombreuses familles québécoises des années 1960. À cette époque, parents, enfants et grands-parents tentent, tant bien que mal, de cohabiter en harmonie. Pour préserver un semblant d'intimité, il faut parfois mentir, parfois se taire.

    Antoine termine ses toiles pour sa troisième exposition. Sa carrière de peintre est bien amorcée, mais il remet en question son talent et ses oeuvres récentes. Le jeune homme se questionne aussi sur ce malaise qu'il ressent chaque fois qu'il croise Mademoiselle Anne, la gentille voisine musicienne. Pour se sauver de ses tourments intérieurs, Antoine décide de s'envoler pour l'Europe. Laura profite de l'occasion pour convaincre sa mère de la laisser entreprendre le voyage avec son frère, tandis que Francine se retrouve devant de graves décisions à prendre concernant son avenir. Entre-temps, d'autres soucis tracassent les membres de la famille Lacaille. Évangéline s'inquiète pour la petite Michelle qu'elle a trouvée moins épanouie à sa dernière visite. Bernadette est bouleversée d'avoir revu Adrien. Quant à Marcel, il se préoccupe encore et toujours de son épicerie. S'il fallait que les grandes chaînes viennent chambarder sa vie et ses projets!

  • Voici le huitième roman de la captivante saga Mémoires d'un quartier: Laura, la suite. En 1966, l'époque du Peace and Love bat son plein, les gens parlent de retour aux sources en vivant à la campagne et Montréal s'apprête à recevoir le monde entier à l'occasion de l'Expo 67. Laura Lacaille, elle, vit une période de profondes remises en question.

    Entre ses études en psychologie et son travail à l'épicerie familiale, elle hésite. Le commerce est devenu avec le temps le lieu de rassemblement pour la famille Lacaille et Laura aimerait bien retrouver sa place auprès de son père. Mais comment renoncer à l'université après tout cet argent et cette énergie investis? Tout cela a-t-il été fait en vain? De plus, elle se sent aussi partagée entre le gentil Bébert, frère de sa grande amie Francine, et le fascinant jeune homme apparu récemment dans son nouvel entourage. Les nombreux voyages à Québec en compagnie du jeune Gariépy ont souvent été des moments de confidences, mais l'exotisme du bel inconnu la fascine énormément. Il y a également toutes ses responsabilités familiales, barrière imposante à son désir grandissant de s'amuser. Laura saura-t-elle enfin trouver sa place et faire les bons choix? Si seulement Francine, sa grande amie, ne l'inquiétait pas tant, elle qui ne donne toujours pas signe de vie...

  • Montréal, 1954. Les rues fourmillent d'enfants qui sautent à la corde, de garçons qui se bousculent, jouant au hockey en se prenant pour Maurice Richard. Sous un arbre du quartier, qui a fait son chemin entre les dalles de béton, Laura Lacaille et son amie Francine Gariépy discutent vivement. Les deux jeunes filles de onze ans ont déjà des idées bien arrêtées sur la vie. Mais aujourd'hui, le sujet de leur conversation animée est cet oncle que Laura n'a jamais connu et qui a débarqué à l'improviste dans la maison de la famille Lacaille. Adrien Lacaille, le frère de Marcel et l'enfant chéri d'Évangéline, est revenu à la maison familiale après plusieurs années d'absence. Mais cette demeure est maintenant aussi celle de la femme de Marcel, Bernadette, et de leurs deux enfants. La vie de la maisonnée et de ses habitants, menée par la poigne d'acier d'Évangéline, sera complètement bouleversée par l'homme arrivé du bout du monde dans sa décapotable bleu pâle... Pour le plaisir de son fidèle lectorat, Louise Tremblay-D'Essiambre reprend la plume et se lance dans une toute nouvelle série, Mémoires d'un quartier. Cette saga sur la famille de Laura et les quartiers ouvriers de Montréal s'échelonnera sur plusieurs tomes. Elle fera également revivre plusieurs personnages des autres séries de l'auteure, comme les soeurs Deblois, de même que Cécile de la série Les années du silence. Bienvenue dans le monde de Laura!

  • Adrien va enfin connaître les joies de la paternité. Sa femme Maureen en est à son cinquième mois de grossesse et cette fois, tout semble aller pour le mieux. Pourtant, une ombre viendra assombrir la naissance de l'enfant tant attendu... Ne pouvant faire face à la déception de la famille Prescott, Adrien quitte le Texas avec le nouveau-né pour débuter une nouvelle vie. Il ira se réfugier dans sa famille, à Montréal. Évangéline et Bernadette attendent avec joie et impatience cette petite Michelle, dont elles ne connaissent que le nom. Autour d'elles gravitent Francine, alourdie par ses problèmes de coeur, Alicia et son amitié grandissante pour Laura, Charlotte et son mari, Cécile la docteur et son frère Gérard... Sans oublier Antoine qui n'arrive pas à faire taire son passé et tente désespérément de devenir un homme. Mais ce n'est pas chose facile, surtout que son jeune frère Charles est dans la classe de monsieur Romain... Comment réagiront-ils tous à la venue chez eux de l'enfant? Finalement, c'est toute une famille qui continue de vivre et fait du mieux qu'elle peut dans ce Québec troublé et effervescent des années 1960.

  • Depuis un an, Marcel n'a plus le temps d'aller prendre une bière à la taverne.

    En fait, il est épicier à plein temps et, à bien y penser, il vient de vivre la pire

    année de toute sa vie.

    Marcel parviendra-il à s'en sortir ? Il le faut pourtant, c'est le bien-être de

    toute sa famille qui en dépend. La vie file et Marcel vient de prendre

    conscience qu'il ne la voit pas passer.

    Bernadette, elle, n'a pas envie de voir partir Adrien. Pourtant, depuis

    l'automne dernier, ses paroles proclament le contraire. Elle se fait l'avocat du

    diable en répétant que Maureen a le droit de connaître sa fille, d'autant plus

    /> que la lointaine mère commence à manifester un intérêt pour l'enfant.

    Cependant, comme le dit si bien Évangéline : s'il fallait qu'ils ne reviennent

    jamais... En plus, depuis quelques mois déjà, son fils Antoine s'est mis en tête

    d'aller passer l'été à New-York pour tenter d'intéresser quelques propriétaires

    de galeries afin qu'ils exposent ses toiles.

    En attendant, Bernadette s'inquiète aussi pour Laura qui, de son côté, n'a

    toujours pas annoncé à son père qu'elle retourne à l'université. Avec l'humeur

    de Marcel qui s'assombrit de jour en jour, Bernadette ne voit pas comment

    Laura va s'y prendre. La jeune fille semble par ailleurs très préoccupée par le

    nouvel ami un peu louche de Francine.

    Voici le septième tome de la très belle série Mémoires d'un quartier, Marcel,

    où le père de la famille Lacaille apprendra à découvrir le véritable visage de tous

    ceux qui l'entourent.

  • Rien ne va plus aux yeux d'Évangéline. Antoine semble s'attacher de plus en plus à Anne, sa belle voisine mariée. De son côté, Bébert prend son courage à deux mains et manifeste enfin haut et fort ses émotions pour Laura. Est-ce que la rancoeur profonde de la vieille dame face aux Gariépy l'aveuglera au point de sacrifier le bonheur de sa petite-fille? Évangéline ne sait plus comment résoudre tous ces problèmes, elle qui semble plutôt irriter les siens avec ses principes rigides et ses préjugés étouffants. Mais un certain monsieur Blanchet sème l'émoi au sein de la famille Lacaille. Galant et poli, il ne déplaît pas à Évangéline... Le vieux coeur de la dame, rendu amer par les épreuves de la vie, se laissera-t-il envahir par de si tendres émotions?

  • «Quand on regarde un dix cents, on a tendance à dire qu'il y a deux côtés. Mais ce n'est pas vrai, Pierre, il en a trois. Pis moi, c'est sur la tranche que je marchais. Pis tous ceux qui font du double marchent sur le même dix cents que moi.» Ce sont là les propos d'un certain Vincent Savoie, agent-enquêteur aux Stupéfiants qui, le 19 janvier 1994, était appelé à comparaître au Palais de justice de Québec. Non pas à titre de témoin comme il avait l'habitude de le faire, mais bien à titre d'accusé.

    En lisant son histoire, vous vous promènerez dans les coulisses d'un monde fascinant et dangereux où ça joue dur. Où certains patrons pensent d'abord et avant tout à leur carrière, la plupart du temps au détriment de la lutte contre la drogue. Où certains «crottés» récupérés par le système agissent en toute impunité. Et où certains agents doubles finissent par se faire avoir en raison de leur ambition démesurée, mais aussi à cause d'une structure policière déficiente et d'une formation inadéquate. Alors Vincent Savoie est-il vraiment coupable? À vous de juger...

  • La suite de L'infiltrateur. Les portes du pénitencier de Saint-Anne-des Plaines se referment derrière Vincent Savoie... ex-policier. À sa sortie, Élise aura 10 ans!

    Commence alors un long périple pour Vincent Savoie. D'abord survivre à la prison; ensuite reprendre ses études et surtout retrouver sa fille Élise, sa puce, sa raison de vivre. Mais le retour vers la lumière est semé d'embûches. Qui pourra l'aider à reprendre sa vie en main? Son ami et ancien patron, Pierre Gendron? Ou plutôt André Bélanger, l'avocat des criminels? L'avocat des Devil's Rock a bien besoin d'un homme de confiance comme Vincent, alors que se prépare une importante livraison de drogue au pays.

    Vincent Savoie a-t-il vraiment le choix? En mettant le doigt dans l'engrenage, a-t-il bien tout pesé, tout mesuré?

  • Les héritiers du fleuve tome 4: 1931-1939
    D'une rive à l'autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses.

    Dans ce quatrième et dernier tome, nous assistons aux bouleversements causés par la Crise de 1929. Touchant surtout les citadins comme Paul et Réginald, l'implacable réalité entraînera des choix difficiles et des situations précaires. À l'Anse-aux-Morilles, où les effets économiques de la crise se font moins sentir, Matthieu et Prudence doivent tout de même se réinventer un quotidien. De l'autre côté du fleuve, alors que Gilberte se bâtit doucement une vie sereine avec Célestin et Germain, la tragédie guette; Victoire, Lionel, James et Lysbeth ont beau être bien entourés, reste que les années passent et le dur labeur laisse des traces...

    Dans ce dénouement magistral, les personnages que nous avons tant aimés nous font leurs adieux, chacun à sa façon. Un ultime rendez-vous riche en émotions et en souvenirs impérissables.

    Avec plus de deux millions d'exemplaires vendus et trente-sept ouvrages publiés, dont les séries ultrapopulaires Les soeurs Deblois, Les années du silence et la saga en douze tomes Mémoires d'un quartier, Louise Tremblay-D'Essiambre s'est taillé une place incomparable dans le paysage littéraire québécois.

empty