Cauvin

  • Haute-pierre

    Patrick Cauvin

    Un homme, une femme et un enfant surdoué s'installent pour quatre saisons qui s'annoncent reposantes et joyeuses dans un vieux manoir, Haute-Pierre.
    Après un été splendide, l'automne se referme sur Haute-Pierre où d'étranges phénomènes se produisent soudain. Mais aujourd'hui qui peut encore croire aux maisons hantées ?
    Vous serez envoûtés par le nouveau Patrick Cauvin, qui conjugue romantisme et humour avec un fantastique sens du suspense. Un vrai Cauvin. Vous n'en devinerez jamais la fin avant dy être parvenu sans même vous en rendre compte.

  • « Tout a commencé le soir de sa mort.Elle a attendu le dernier instant pour me révéler sonsecret et me confier une mission : la venger.J'ai accepté car l'on ne refuse rien à une mère mourante.Et j'ai plongé dans un passé effroyable... »Une enfance, une adolescence à huis clos dans l'ombre étouffante d'une mère rescapée de la déportation et qui ressasse inlassablement ses souvenirs : la dénonciation, l'horreur des camps de concentration, la disparition de son époux... Un suspense surprenant où Cauvin jongle brillamment avec le pire, jusqu'au dénouement inattendu, inexorable. « L'habileté de Patrick Cauvin fait à nouveau des miracles. [...] Une intrigue magistrale, dont le suspense peut en remontrer à bien des thrillers psychologiques. Le dénouement est à l'avenant, sidérant. » Delphine Peras,L'Express. « Il n'y a que Patrick Cauvin pour écrire des histoires aussi parfaites [...]. Un moment d'horreur dans une ambiance de velours... » André Rollin, Le Canard enchaîné. « Patrick Cauvin distille au fil des pages une ambiance entre Simenon et Modiano [...]. Une puissante réflexion romanesque sur les arcanes du mal absolu. » Jean-Rémi Barland, Lire.

  • Povchéri

    Patrick Cauvin

    « J'avais onze ans dans l'été 43. C'était la, guerre. J'en ai donc soixante et onze en cet hiver 2003 et c'est encore la guerre. Pas la même ; la Troisième mondiale. Petit bonhomme en galoches soumis aux restrictions ou vieillard déambulant dans un couloir d'hôpital, c'est quand même toujours moi, Povchéri. Ceci est mon journal de début et de fin. Malgré tout, et dans l'ensemble, ce fut parfois rigolo de vivre. »

  • Rue des bons-enfants

    Patrick Cauvin

    En cet été 1922, le soleil ruisselle sur Marseille. La ville, prospère et joyeuse, se précipite vers les palais hindous de l'Exposition.
    C'est là que se rencontrent pour la première fois Pascal et Séraphine ;ils ont 8 ans.
    Les deux gosses grandissent, s'aiment, se détestent, se quittent, se retrouvent... La guerre surgit, brisant lâge d'or. Collaboration, trafics, résistance, bombardements...
    Un monde s'achève, un autre commence mais il reste au couple le refuge de toujours, la vieille rue au centre de la cité meurtrie : la rue des Bons-Enfants.
    L'histoire d'une ville, d'un amour exceptionnel. Le grand retour de Patrick Cauvin.

  • Belange

    Patrick Cauvin

    Adrien décrocha une lourde pertuisane et entreprit de monter l'escalier de pierre sur la pointe des pieds. Il se sentit ridicule. Il y avait de quoi : être un grand éditeur parisien et se retrouver dans sa vieille demeure ancestrale avec, à la main, une arme du XVIe siècle dont il ne savait pas se servir, était risible. Il ignorait alors que commençait pour lui une histoire qui bouleverserait sa vie... Il allait découvrir le secret de Belange.

  • Héloïse

    Cauvin-P

    Lorsque Mona pousse la porte de l'école de danse du vieux Roméo, elle ne sait pas encore qu'elle vient de pénétrer dans le palais des rêves et des mensonges...
    Qui sont ces gens qui valsent, virevoltent, tanguent ? Ceux qu'ils prétendent être ou d'autres personnes ? Sont-ils là pour apprendre rumba et samba ou pour vivre une autre vie?... Et Mona, qu'est-elle venue chercher ? Elle-même ou le secret d'Héloïse, qui fut sans doute la compagne de Roméo, le maître de cet étrange lieu ? Patrick Cauvin.
    La pièce Héloïse sera créée au théâtre de l'Atelier (Paris) fin janvier 2008, avec Roger Pierre, dans une mise en scène de Patrice Leconte.

  • « II écrit.
    Ah ça, pour écrire, il écrit, ce sacré Joseph ! Tout le temps et partout.
    A onze ans, il a déjà noirci une montagne de pages : il écrit à sa mère, à son pote Dugontier, à sa correspondante anglaise, il fait des poèmes pour Yasmine, des lettres de protestation à son prof de français, il écrit à tous, aux vivants, aux morts, à ceux qu'il aime bien, à ceux qu'il n'aime pas...
    C'est un écriveur-né, à tel point qu'il s'écrit à lui-même.
    Et tout ce qu'il a écrit durant l'année 1993, eh bien le voici. »

  • Belles galères

    Patrick Cauvin

    Qu'est-ce qui pousse ce flâneur solitaire et richissime à boire du rhum, la nuit, en compagnie d'un biologiste centenaire, dans un immeuble désert de la Plaine Monceau ?
    Qu'est-ce qui amène cet écrivain farouchement sédentaire à quitter son passage des Panoramas pour se rendre au fin fond de l'Italie ?
    Quel lien unit ces deux univers ?
    Plongez dans le double mystère de Belles Galères et embarquez-vous pour la plus étrange des traversées. Tenez bon le cap, vous n'êtes pas au bout du voyage.

  • Voici l'un des personnages les plus fracassants du XVIIe siècle, en même temps que l'une des plus grandes énigmes de son époque.
    Destin exceptionnel que celui de cet homme dont il fut décidé qu'il devait sombrer dans le silence le plus total, Francisco Torrentera, aventurier, peintre, séducteur, musicien, justicier, philosophe et poète, sur lequel fut refermée, durant plus de trois siècles, la tombe le l'oubli.
    une tombe qui s'ouvre aujourd'hui et laisse échapper le portrait mystérieux d'un personnage parmi les plus étonnants de l'histoire de l'humanité.

  • Présidente

    Patrick Cauvin

    Si vous mélangez un ex-acteur spécialiste de feuilletons télé idiots avec une poupée gonflable, l'explosion d'une villa belge avec une secrétaire faussement indienne, si vous ajoutez un garde du corps débile mental, un cascadeur vieillissant et un poivrot marseillais, vous avez des chances d'obtenir une histoire d'amour dans une île hollandaise.
    Pour réussir ce cocktail, n'oubliez surtout pas une présidente apparemment glacée...
    Délirant, iconoclaste, caustique : Présidente, un roman coup de griffes de Patrick Cauvin. Un talent d'écrivain capable tout autant de faire rire que d'émouvoir avec des accès de tendresse déchirée.

  • En cette fin des années quatre-vingt, Orlando Natale est le meilleur ténor du monde.
    Du Metropolitan de New York à la Scala de Milan, de Covent Garden au Palais-Garnier, les foules se pressent pour l'entendre.
    De tous les rôles qu'il interprète, celui qu'il préfère est Werther...
    Et un soir, à Mannheim, comme il vient de mourir sur scène sous des tempêtes d'applaudissements, il rencontre Carola K.
    À partir de cet instant, l'Opéra et la Vie commencent à se ressembler étrangement... Des coïncidences se produisent à Munich, à Vienne, jusqu'à ce qu'arrive enfin la nuit de Venise où tout s'embrase dans le déferlement de l'orchestre et où théâtre et réalité se confondent.

  • Villa vanille

    Patrick Cauvin

    Ils étaient fiers, arrogants, passionnés. Ils étaient les maîtres de Madagascar, lîle rouge. Villa Vanille ou Palembang, leurs domaines, s'étendaient sur des milliers d'hectares au pied de l'Ankaratra. La tourmente de la Deuxième Guerre mondiale les avait épargnés. Ils pensaient que rien ne changerait dans ce paradis. Et pourtant, un matin de printemps 1947, dans les rayons d'un soleil qui ne reviendrait plus, les premiers feux de la révolte éclataient. Leur univers allait basculer. À jamais.
    Une fresque flamboyante et sensuelle où, dans la fournaise d'une violence longtemps cachée par lHistoire, se joue le destin d'hommes et de femmes aux passions tumultueuses.
    Dans ce climat exacerbé de haines sourdes, de peurs, de chaleurs tropicales, Patrick Cauvin nous offre lAutant en emporte le vent des colonies françaises. Un roman de chair, de sang, de fièvre, une tourmente furieuse au coeur d'un cyclone dévastateur.

  • Elle faisait des vers raciniens.
    II apprenait par coeur des dictionnaires de cinéma.
    Elle était un peu bêcheuse.
    Lui un peu voyou.
    A eux deux, ils avaient à peine vingt-trois printemps.
    Un peu jeunes pour vivre une grande histoire d'amour, et pourtant...
    Quelques années ont passé. Lauren et Daniel, les deux surdoués de e=mc2 mon amour, le légendaire roman de Patrick Cauvin, ont aujourd'hui quinze ans.
    Le bel âge pour commencer une nouvelle aventure.
    Plus dopante que la dope, plus euphorisant
    que les euphorisants. La voici.

  • Ce matin-là, lorsque Alan Falken, directeur de recherches dans une unité de biologie végétale, a découvert sous ses fenêtres un moineau mort, il n'a pas pensé un seul instant que cet incident était un signe. Pourtant, le monde des vivants venait de basculer.
    Il y a eu le lendemain un deuxième cadavre de moineau, et le surlendemain...
    Un suspense au parfum mortel où Patrick Cauvin, l'auteur du Sang des roses, explore, aux limites du fantastique, les secrets d'un monde vénéneux.

  • Un événement : le grand romancier Patrick Cauvin fait son entrée en Spécial Suspense.
    C'est Ram, l'enfant de l'Inde, qui, du fond de sa fabrique de tapis, a donné l'alerte. Un trafic d'enfants-esclaves, au fin fond du Pakistan. Reiner avait quitté le manoir et ses roses. Agnès l'avait suivi.
    Dans les montagnes les plus hautes du monde, piégés par un ennemi plus dangereux que les démons qui hantent, l'hiver, les sommets du Karakorum, ils vont tous les trois tenter d'échapper à la mort et remonter la filière de l'horreur.
    Mais la vérité qui les attend est peut-être pire qu'ils ne le pensaient.
    Terrible, romantique, bouleversant, un formidable thriller dans la lignée de Jean-Christophe Grangé. Un sommet du suspense à ne manquer sous aucun prétexte !

empty