Cauvin

  • Liggen, zei ik!

    Cauvin

    • Dupuis
    • 6 Janvier 2021

    Cédric vindt school nog altijd niets. Na de les van juffrouw Nelly
    heeft hij het met zijn vriend Christian over broeikasgassen en hij
    besluit de theorie in de praktijk om te zetten. Of dat een goed idee
    is... Cédric speelt in het schooltoneel de rol van sprookjesprins maar
    hij heeft pech: Chen, zijn liefje, is ziek en kan dus niet voor
    Sneeuwwitje spelen.

  • Cédric n'aime toujours pas vraiment l'école, et quand, à la sortie, il discute avec son copain Christian de la leçon de Mademoiselle Nelly sur les gaz à effets de serre, il veut vérifier par lui-même en observant, en vrai, la théorie dans la pratique. Pas sûr que ce soit une bonne idée... En plus de ça, Cédric qui endosse le rôle du prince charmant pour le spectacle de l'école n'a pas de chance, son amoureuse, Chen, est malade et ne pourra pas jouer Blanche-Neige...

  • Lorsque le général Grant demande de l'aide au général Alexander, ce dernier décide de lui envoyer Blutch et Chesterfield. Le 22ème régiment de cavalerie doit en effet se recomposer suite à un assaut du capitaine Stark et le général n'aime pas les soldats inactifs. Lorsqu'ils arrivent sur place, les deux soldats de l'Union découvrent un siège qui s'enlise et deux unités pour prendre la ville de Petersburg idéalement défendue par les forces confédérées. Deux unités qui se détestent, qui plus est, l'une étant composée de Blancs et ayant pour chef un alcoolique, et l'autre étant composée de Noirs qui n'apprécient guère d'avoir un commandant blanc. Une situation pour le moins désespérée. C'est alors qu'un jeune lieutenant-colonel, Pleasants, propose une idée saugrenue : creuser un tunnel dans une vieille mine qui permettra de faire sauter les lignes ennemies par en dessous. Blutch et Chesterfield se retrouvent alors avec pelle et pioche en main et commence leur long travail d'excavation...

  • Entre un déguisement qui tourne court, une balade qui tourne mal et son papy qui ne tourne pas toujours rond, Cédric n'a pas le temps de s'ennuyer. Pour notre plus grand plaisir, il va enchaîner les (més)aventures dans ce nouvel opus plein d'humour et de tendresse.

  • La jument Arabesque, Traveller, l'étalon du général Lee et même Nellie, sa poule... Les bêtes ont la part belle dans cette soixante-deuxième aventure des Tuniques Bleues ! Qu'ils soient sur le champ de bataille ou qu'ils accompagnent les soldats dans leur vie quotidienne, les animaux ont en effet eu une importance parfois déterminante lors des conflits, et Cauvin et Lambil nous en offrent un aperçu dans cette nouvelle aventure du caporal Blutch et du ser-gent Chesterfield. La chienne Sallie, héroïne de ce récit, en est d'ailleurs l'exemple criant. Alors que des renforts du onzième régiment d'infanterie sont dépêchés depuis la Pennsylva-nie pour prêter main-forte au camp de nos deux héros, face à la menace d'un affrontement imminent, les commandants confient à Chesterfield une mission aussi risquée que capitale : la capture d'un ennemi afin de lui soutirer des informations. Une opération que Sallie décide de suivre en accompagnant le sergent, car du résultat de cette mission découle surtout la vie de plusieurs milliers de soldats...

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Les assiettes volent, les jurons pleuvent... Ce n'est pas l'ambiance qui manque, dans la fa-mille de Cédric ! Mais derrière chaque dispute, derrière chaque coup dur, il y a toujours la solidarité entre copains ou l'affection de l'entourage. Car si Cédric est si proche de nous, c'est que tout son univers - ou presque - provient de notre quotidien d'enfant, de parent, d'ami. Une série familiale devenue culte grâce à son indémodable recette : de l'humour, de la complicité et beaucoup, beaucoup d'amour.

  • En secourant un esclave noir en fuite poursuivi par des Confédérés, le caporal Blutch et le sergent Chesterfield ne se doutent pas qu'ils vont ramener à leur base un bien étrange personnage. Blessé, celui-ci refuse d'être examiné par un médecin et se révèle être un espion blanc chargé par McClellan d'infiltrer les troupes ennemies afin de rapporter des renseignements sur une attaque imminente. Une fois l'assaut-surprise déjoué, le nouveau venu (dont le nom est Franklin Thompson) sera affecté au service médical où il assistera le médecin et sauvera de nombreux soldats. Néanmoins, le secret continue d'auréoler sa véritable identité, et il faudra toute la perspicacité de Blutch pour venir à bout du mystère...Adapté d'une histoire authentique, "L'étrange soldat Franklin" est un récit qui se démarque des autres aventures du mythique duo des Tuniques Bleues, par la complexité de son énigme et le caractère audacieux de ses révélations. Cet album ouvre une page méconnue et cependant véridique de l'histoire de l'Amérique durant la guerre de Sécession. Une anecdote à laquelle Cauvin et Lambil offrent un contexte de choix, toujours avec humour et véracité historique !

  • À la suite d'une sanglante bataille n'ayant laissé que peu de survivants dans le 22e de cavalerie, le sergent Chesterfield a totalement perdu conscience. Sourd, muet, le regard vide, assis sans bouger sur un fauteuil roulant, il ne semble pas plus vivant qu'une courgette. À tel point que le haut commandement pense à s'en débarrasser. Mais que pourrait-il faire dans un tel état ?
    Le caporal Blutch, camarade loyal, prend sa défense face à l'état-major et obtient carte blanche pour tenter de ramener à la vie son supérieur. Il a trente jours, pas un de plus, pour essayer désespérément et par tous les moyens de faire réagir le sergent.Dans ce nouvel album (déjà le 60e pour la série culte !), Raoul Cauvin et Willy Lambil abordent cette fois, avec délicatesse et humour, le thème de la maladie confirmant, s'il le fallait encore, leur talent pour faire rire avec tendresse de tous les aspects de la vie !

  • Dur dur d'être amoureux quand on a dix ans !Demandez donc à Cédric si vous avez oublié. Entre les rivaux, champions de skate-board, et les parents qui, comme d'habitude, ne comprennent rien à rien, comment se battre pour garder l'amour de sa bien-aimée ? Que Chen prépare un gâteau trop salé ou qu'elle apprenne à nager au risque de se noyer, Cédric sera toujours prêt à tout pour ses beaux yeux bridés! Et nous aussi pour rire et s'attendrir de toutes ses attentions.

  • Pauvre Cédric !Il y a des jours où le sort semble s'acharner contre lui : surtout quand son meilleur copain tombe amoureux d'une inconnue, qu'une nouvelle petite fille, Caprice alias la gazelle africaine, le ridiculise à la course à pied, que sa marraine l'oblige à rattraper ses chats perchés et que son pépé adopte un tamagotchi...Heureusement qu'il lui reste Chen, l'amour de sa vie, pour se consoler !Mais... pourquoi part-elle en voiture avec ce sale Nicolas des Charentes du Ventou ? Non, sincèrement, il y a des jours où on se sent vraiment miné !

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Dur, dur, d'être un petit garçon... Entre la maîtresse, le psychologue de l'école, les parents trop curieux, les copains chahuteurs, une cousine odieuse et une petite copine capricieuse, Cédric a fort à faire pour préserver sa tranquillité. Heureusement, Pépé est toujours là, pour les mauvais coups comme les coups de blues. La nouvelle star des enfants est déjà un classique de la BD familiale et séduit avec la même complicité toutes les générations.

  • Rondouillard, naïf et sympathique, l'Agent 212 est la cible de tous les ennuis et de toutes les mésaventures auxquels un agent de police peut se trouver exposé. Délinquants, conducteurs imprudents ou suicidaires obstinés se succèdent, pour la plus grande joie des lecteurs et de ses auteurs, Kox et Cauvin.

  • Dans leur combat contre les Confédérés, les soldats de l'Union sont tombés sur un os. À flanc de colline, le commandant William N. Pendleton, un ancien pasteur, dirige sur eux quatre canons, nommés selon les Évangiles et qui ne laissent aucune chance au régiment adverse. Le capitaine Stark doit se rendre à l'évidence : s'il ne veut pas perdre tous ses hommes, il devra opter pour une solution moins classique. Le caporal Chesterfield et le lieutenant Blutch sont alors désignés pour une mission des plus périlleuses : transformés en religieux et en idiot du village, ils devront intégrer l'équipe de Pendleton et saboter son artillerie.Pour cette 59ème aventure des Tuniques Bleues, Raoul Cauvin et Willy Lambil ont choisi d'illustrer une fois encore un épisode réel de la guerre de Sécession, théâtre des aventures de leurs héros depuis 1968. Une manière habile de dénoncer, derrière les rebondissements d'une trame drôle et légère, les dérives de la guerre et du militarisme forcené.

  • Dur, dur, d'être un petit garçon... Entre la maîtresse, le psychologue de l'école, les parents trop curieux, les copains chahuteurs, une cousine odieuse et une petite copine capricieuse, Cédric a fort à faire pour préserver sa tranquillité. Heureusement, Pépé est toujours là, pour les mauvais coups comme les coups de blues. La nouvelle star des enfants est déjà un classique de la BD familiale et séduit avec la même complicité toutes les générations.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Quand on est un enfant, il en faut du caractère pour s'affirmer, et ça, Cédric l'a bien compris ! Pas question de se laisser marcher sur les pieds, et surtout pas par Caligula, le redoutable molosse de la voisine. C'est déjà assez compliqué de devoir montrer ses bulletins déplorables à son père, de ne pas se faire prendre pour les bêtises avec les copains ou d'essayer de se déclarer à la fille qu'on aime...Nous retrouvons tout ce qui fait le charme de cette bande dessinée devenue un classique : les quatre cents coups d'un écolier turbulent mais malin, les trente-six chandelles qui ne manquent pas d'apparaître dès qu'il faut s'occuper des fidèles compagnons à poils ou à plumes, et les mille et une petites attentions que les gens s'offrent en famille, entre amis, entre amoureux.

  • Arthur, l'agent 212, n'a rien d'un super flic et encore moins d'un héros. Il se porterait très bien s'il pouvait passer ses journées à faire la sieste dans son fauteuil avec son chien Kiki, à condition que sa belle-mère ne soit pas dans le coin. Pour retrouver un peu de tranquillité, le commissariat devient un refuge...

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Une épidémie de scorbut sévit au sein des troupes unionistes. Pour enrayer cette maladie, une seule solution : consommer des fruits et des légumes frais, mais pour cela, il faut pouvoir s'approvisionner. Et c'est précisément là que le bât blesse : les lignes ferroviaires, sabotées pour mettre en difficulté l'ennemi, ne sont pas praticables pour acheminer du ravitaillement en produits frais. Face à la gravité de la situation, Chesterfield et Blutch sont missionnés pour aller chercher, à l'arrière, choux, navets, pommes et tout ce qui pourra contribuer à éloigner le spectre du scorbut. Pour une fois, Blutch se révèle bien plus motivé que Chesterfield, mortifié de se voir confier une mission si peu militaire. Pourtant la tâche va s'avérer plus compliquée que prévu. Entre la politique de la terre brûlée pratiquée par les confédérés et les paysans qui refusent de céder gracieusement la production qu'il leur reste, les obstacles sont nombreux. D'autant plus que nos héros ne tardent pas à découvrir que le même fléau sévit chez les confédérés, qui eux aussi écument la région à la recherche de fruits et de légumes...Toujours très documentés, Cauvin et Lambil s'inspirent de faits réels pour raconter, à leur manière antimilitariste et humoristique, la guerre de Sécession vue par Blutch et Chesterfield.

  • Rien ne va plus à l'hôpital et c'est à croire que Raoul Cauvin et Philippe Bercovici se sont donnés le mot pour achever patients et professionnels en tranches de rire toujours aussi drôles et caustiques. Les gags de ce 42e tome s'enchaînent encore comme pour conjurer le mal dans la bonne humeur malgré les restructurations des services et les reconversions du personnel. Quand certains ont déjà rejoint les services de psychiatrie, d'autres rêvent de prendre leur retraite...

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

empty